Jean-Pierre BOCQUEL - Artiste peintre plasticien Artiste peintre plasticien Vignette-toile

Ecrits

Revues d'Art | Catalogues | Ecrits

"Les rivages murmurés"
Les rivages murmurés
nous content doucement
l’univers fragile
des souvenirs timides.

Les hameaux côtiers
s’évanouissent
au bord du rêve.

Tout près de l’eau,
des chemins incertains
mènent aux jetées perdues
dans les brumes lointaines
du passé.

Masquées de brouillard,
les barques voilées
se nimbent de mystère.

Sur la berge,
les villages marins
se donnent,
dans les plis de leurs tôles,
des airs étranges
d’accordéons oubliés...


le 17 septembre 2017
"Archipels du bout des rêves"
Depuis plusieurs mois, mes pensées rêveuses
voguent au large d’un hémisphère à l’autre,
du nord au sud et du gauche au droit.
Le cap délibéré m’oriente vers des archipels
au bout des rêves
où souvenirs et songes se fondent.

Des textes d’ethnologues sont à bord :
ils me sont précieux.
La lecture de « Tristes tropiques » de Claude Lévi-Strauss,
accompagne le périple.

je me raconte la vie, sur des archipels oubliés...

Du terril des ferrailleurs, aux trésors enfouis,
jusqu’aux sortilèges des fétiches et des ex-voto,
au magicien pêcheur de poissons volants,
à la promeneuse de nuages,
des « pouvoirs » se réveillent.

Au coeur des installations, les fers riches de rouilles
murmurent les secrets des objets sacrés.

De chaque côté, les tableaux évoquent
les outils et les rivages des peuples pêcheurs
dont j’ai rêvé...


le 17 septembre 2016
"Parfums d'Enfance"
Les huttes végétales aux odeurs de fougère,
les cahutes forestières bordées de bois coupés,
les chalets perchés dans les branches,
les baraques sur pilotis des rivages d’océan
et les modestes abris des petits jardins de banlieue,
toutes les cabanes,
de branchages, de tôles rouillées,
de vieilles planches aux couleurs éclatées,
nous parlent encore...
des rêves qui sont venus s’y nicher.


le 17 septembre 2015
"Océan"
Toujours, j'ai aimé l'océan,
Le flux et le reflux qui donnent la mesure,
Le fracas impétueux des brisants
et la caresse frissonnante
des lames d'eau sur les grèves.

Toujours, le spectacle m'emporte.
J'aime les vagues qui viennent à la côte :
frémissantes, généreuses, fougueuses...

Elles m'ont toutes transporté.


le 17 septembre 2014
"Voiles et volutes"
Au long des berges et des rivages,
de rares et solides embarcations
lèvent leurs carrelets diaprés
dans les brumes du fleuve.

Des feux clairs s'allument quelquefois;
les voiles dansants de leurs fumées
s'élèvent et s'évanouissent doucement.

Mes pensées rêveuses s'envolent avec elles
en voyages éphémères.


le 17 septembre 2013
"Le temps des métamorphoses"
L'eau gelée de l'étang tamise la douce lumière
d'un soleil voilé.

Le silence blanc de frêles embarcadères
invite le murmure
qu'inspirent les lieux sacrés.

Les rouilles d'étranges lanternes,
éphélides des fers antiques,
diffusent leurs clartés rousses et poétiques
sur les champs de neige.

Des totems et sémaphores énigmatiques
adressent les messages fauves d'un autre temps
dans l'albâtre sublime d'un univers transfiguré
...et mon regard s'y est blotti.


le 17 septembre 2012
"Lumières et chants de la terre"
Hautes silhouettes de métal,
campaniles ajourés des ardoisières,
les chevalements brunis
lèvent leurs tracés de fer,
vitraux tendus dans la clarté du ciel.

L’œil plonge, s’élève, parcourt l’espace
et repousse au loin
les limites du spectacle.
La matérialité du support le contraint.
Le regard,
encore chargé des couleurs extérieures,
traverse en oblique
le champ de la toile.

Le passé et le présent
en une fusion éphémère
font ainsi naître une émotion

Des orgues de couleurs
translucides et sonores
filent en diagonale,
révèlent au passage
la force des matières picturales
et accrochent
aux murs, aux terres et aux falaises
des grains de lumière

Sous les vagues pétrifiées de la voûte,
comme un océan à l’envers,
le petit train
couleur bouton d’or
s’éloigne dans les tunnels de la mine
vers d’autres nefs.
De fragiles lueurs
font luire doucement
et l’ardoise des parois
et le fer de la voie

Les écritures secrètes
gravées, ciselées, incrustées
dans l’épaisseur des textures
paraissent parfois
comme les stigmates d’une culture
dont le sens aurait été effacé.

Au long des rivages du rêve,
nomade des lumières,
en quête de beauté,
le regard lointain et créateur
veille,
attentif aux signaux du monde.


A l'Atelier des Espinats